Kaïs Saïed et la fin de la pseudo démocratie…

L’élite politique et intellectuelle en Tunisie est aujourd’hui confrontée à un dilemme, défendre le conservatisme et un retour à la démocratie factice, pourrie et corrompue ou bien tenter, accompagner et soutenir l’aventure incarnée par la volonté de rupture et de refondation démocratique incarnée par Kaïs Saïed… Par Dr Mustapha Azaiez On s’y accroche… On la […] L’article Kaïs Saïed et la fin de la pseudo démocratie… est apparu en premier sur Kapitalis.

Kaïs Saïed et la fin de la pseudo démocratie…

L’élite politique et intellectuelle en Tunisie est aujourd’hui confrontée à un dilemme, défendre le conservatisme et un retour à la démocratie factice, pourrie et corrompue ou bien tenter, accompagner et soutenir l’aventure incarnée par la volonté de rupture et de refondation démocratique incarnée par Kaïs Saïed…

Par Dr Mustapha Azaiez

On s’y accroche… On la vénère… On la sacralise… Alors que c’est juste un mot, une grosse boîte vide… Les Tunisiens qui tiennent à cette démocratie factice, sont comme la dame qui porte un faux sac Chanel ou celui qui met une fausse Rolex : ils savent, et tout le monde sait que c’est du faux, mais l’illusion est plus importante que la réalité…

La Tunisie ne fait pas l’exception, la plupart des élections dans le monde sont manipulées par des médias, par des groupes d’influence, des réseaux sociaux, s’appuyant sur les neurosciences et dans certains cas sur la cupidité de certains électeurs (un de mes amis, rompu aux choses électorales, estime les voix en dinars)…

Les électeurs manipulés, la démocratie dévoyée

Aujourd’hui, on peut casser un candidat ou en promouvoir un, en un rien de temps( voyez l’exemple d’Eric Zemmour en France)…

De quelle démocratie parle-t-on au final? Que cela soit aux États-Unis, en France ou dans la plupart des autres pays occidentaux? Est-ce que les élus sont représentatifs, réellement du peuple ? Ou sont ils les élus de groupes d’influence ? Est-ce que ces élus défendent les intérêts de la population ou de ceux qui les ont soutenus et financés ?

Les différentes manifestations et contestations qu’on observe dans le monde depuis quelques années ont la particularité de ne pas être menées pas des partis politiques, car une frange de la population ne se sent plus représentée par eux…

Un nouveau modèle politique qui est en train de naître

Ce qui se passe en Tunisie est un mouvement précurseur de ce qui pourrait se passer partout ailleurs, c’est un tentative menée pour redonner le pouvoir au peuple… «Echaab Yourid» (le peuple veut), slogan cher au président Kais Saied, moqué par la pseudo intelligentsia, est une vraie révolution socio-politique, qui essaie d’éclore dans le monde entier, et qui a trouvé un terrain propice en Tunisie…

Les jeunes qui y adhèrent en masse ont saisi l’importance de cet instant; ils ont compris que le moment est historique, que ce n’est ni plus ni moins que la création d’un nouveau modèle politique qui est en train de naître, qui désacralise des notions archaïques soi-disant intouchables comme le résultat d’un vote fait sur mesure ou d’un ramassis de textes, compilés dans une constitution…

La Tunisie a une chance inouïe de voir naître chez elle cette initiative… Tout sera fait pour que le nouveau-né soit étouffé dans le berceau car ce modèle va s’affronter à la classe la plus puissante qui soit, les forces financières, les lobbies et les mafias aussi bien en Tunisie que sur le plan international… Ces forces vont s’appuyer sur nos intellectuels pour briser ce mouvement, pour le ridiculiser, pour nous effrayer par la dictature qui pointe, par le modèle libyen…

Notre élite sera confrontée à un dilemme, défendre le conservatisme et un retour à la démocratie factice, pourrie et corrompue ou bien tenter, accompagner et soutenir cette aventure…

Osons…

* Médecin de pratique libérale.

L’article Kaïs Saïed et la fin de la pseudo démocratie… est apparu en premier sur Kapitalis.