LA 14° ÉDITION DE «CINÉ REGARDS AFRICAINS» SE TIENDRA DU VENDREDI 26 NOVEMBRE AU DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021

Après le succès rencontré lors de la première  édition en 2019, les spectateurs seront de nouveau invités à voter pour décerner  «Le  Prix du public» à un court-métrage. Cette année, [...] L’article LA 14° ÉDITION DE «CINÉ REGARDS AFRICAINS» SE TIENDRA DU VENDREDI 26 NOVEMBRE AU DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021 est apparu en premier sur .

LA 14° ÉDITION DE «CINÉ REGARDS AFRICAINS» SE TIENDRA DU VENDREDI 26 NOVEMBRE AU DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021

Après le succès rencontré lors de la première  édition en 2019, les spectateurs seront de nouveau invités à voter pour décerner  «Le  Prix du public» à un court-métrage.

Cette année, huit films de fiction seront projetés le samedi 4 décembre au cinéma La Pléiade à Cachan en deux séances à partir de 17h30.

Cette année un «Prix du jury» sera également décerné parmi les longs-métrages projetés pendant le festival, le jury étant composé de professionnels du cinéma et de responsables des salles.

Outre les lauriers qui les accompagnent, ces prix sont dotés de 1.000 €.

Les résultats seront proclamés le dimanche 5 décembre lors de la séance de clôture du festival.

Parmi les films en compétition cette année, «Une histoire d’amour et de désir» de Leyla Bouzid qui sera projeté vendredi 3 décembre à 20h30 au cinéma La Pléiade de Cachan. Leyla Bouzid sera dans la salle pour présenter son film et débattre avec le public.

◊ Vendredi 26 novembre – Cinéma Le Sélect – Antony – 18h30

  • LE PERE DE NAFI, de De Mamadou DIA, Sénégal, 2019, 109 min, Fiction, Couleur, VO peul STF, DCP.

Un imam modéré d’une petite ville du nord du Sénégal s’oppose à son frère très religieux et puissant à propos du mariage de leurs enfants.

Les jeunes Nafi et Tokara rêvent, eux, de partir étudier à Dakar, la capitale, et de vivre avec leur époque.

Deux conceptions opposées de l’islam s’affrontent sur fond de conflit générationnel, de transformations sociales et politiques, dans un film qui sait évoquer des tensions tragiques avec subtilité et délicatesse.

Présentation et débats assurés par Catherine Ruelle (journaliste, critique de cinéma, spécialiste des cinémas d’Afrique).

Tarifs : plein 7 € – réduit 6 €  – 3 heures de parking gratuites (faire valider son ticket à la caisse)

◊ Samedi 27 novembre – Cinéma Jean Vilar – Arcueil

  • 18h : BUDDHA IN AFRICA, de Nicole Schafer, Afrique du Sud/Suède, 2019, 90 min, documentaire, couleur, VOSTF.

Dans un orphelinat chinois taiwanais installé en Afrique, l’Amitofo Care Centre (ACC), le film suit Enock Alu, un adolescent malawite venu d’un milieu rural.

Il est tiraillé entre sa culture traditionnelle musulmane et le système de valeurs bouddhiste confucianiste qu’on lui a inculqué depuis ses sept ans.

  • 20h30 : LE FIGUIER, de Aäläm-Wärqe Davidian, Ethiopie/Israël/France/Allemagne, 2018, 93 min, fiction, VOSTF.

Prix du meilleur long métrage au Festival de Cine Africano de Tarifa-Tanger 2019

En 1989, pendant la guerre civile qui déchire l’Ethiopie, la famille de Mina, une adolescente de 14 ans, décide de quitter le pays pour Israël. Mais Mina ne peut se résoudre à quitter son ami Eli dont elle est secrètement amoureuse. Malgré la guerre qui fait rage, elle fera tout ce qu’elle peut pour sauver l’amour de sa vie avant que ne se termine leur enfance.

Projection suivie d’un débat animé par Daniela Ricci (Enseignante et chercheuse en études cinématographiques à l’Université Paris Nanterre)

Plein tarif : 5,20 €- Réduit (étudiants, retraités, chômeurs) : 4,75 € – Abonnés et moins de 15 ans : 3,65 € – Forfait pour les 2 séances du samedi : 7,30 €

◊ Dimanche 28 novembre – Cinéma Jean Vilar – Arcueil

  • 16h30 : GRANMA NINETEEN AND THE SOVIET’S SECRET (Grand-mère 19 et le secret du soviétique), de João Ribeiro, Mozambique/Portugal, 2020, 94 min, fiction, couleur, VO portugais STF.

Adapté d’un célèbre roman angolais, le film raconte les souvenirs d’enfance de l’auteur au moment de la construction, par des coopérants soviétiques, d’un mausolée dédié au premier président de l’Angola mais au prix de la démolition d’habitations populaires en bord de mer. Une présentation quelque peu fantastique d’un monde où se mêlent magie et réalité, perçu à travers la fantaisie et la conscience bouillonnante des enfants du quartier,  encadrés par une «Grand-mère 19» haute en couleurs.

◊ Mardi 30  novembre – Cinéma La Tournelle – L’Haÿ-les-Roses

Présentation et débats assurés par Michel Amarger,  (réalisateur, journaliste spécialiste des cinémas d’Afrique)

  • 20h00 : TALKING ABOUT TREES (Parler des arbres), de Suhaib Gasmelbari, Soudan/France/Allemagne/Tchad/Qatar, 2018, 94 min, documentaire, VO arabe STF.

Ibrahim, Suleiman, Manar et Altayeb, cinéastes facétieux et idéalistes malgré leur âge, sillonnent dans un van les routes du Soudan pour projeter des films en évitant la censure du pouvoir. Ces quatre amis de toujours se mettent à rêver d’organiser une grande projection publique dans la capitale Khartoum et de rénover une salle de cinéma à l’abandon. Son nom ? La Révolution…

Tarif : 4,20 € – tarif abonnés : 4,00 €

◊ Mercredi 1er décembre – Maison Pour Tous Gérard Philipe – Villejuif

  • 14h30 : KETEKE (Le train), de Peter Sedufia, Ghana, 2017, 70 min, fiction, VOSTF.

Prix du jeune public à Cinémas d’Afrique – Angers 2019

Années 80 : Atswei, enceinte, et son mari, Boi, tentent de rejoindre Ateke, le village de la femme, pour l’accouchement. Ils ratent le train, seul moyen de transport pour arriver à la bourgade.
C’est le point de départ, pour nos deux héros égarés en pleine brousse, d’un périple particulièrement burlesque.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

◊ Jeudi 2 décembre – cinéma La Tournelle –  L’Haÿ-les-Roses

  • 20h00 : DOCTA JEFFERSON, de Elvis Sabin Ngaibino, République Centrafricaine/France, 2017, 29 min, documentaire, VOSTF.

Jefferson est ce qu’on appelle à Bangui un «docta», un agent de santé qui exerce la médecine sans diplôme. A l’heure où le Ministère de la Santé centrafricain voudrait règlementer la vente de médicaments, Jefferson traverse une crise de conscience. Son activité est-elle dangereuse pour ses patients ? Doit-il abandonner ? Mais comment alors nourrira-t-il sa famille.

  • POISSON D’OR, POISSON AFRICAIN, de Moussa Diop et Thomas Grand, Sénégal, 2018 ; 60 min, documentaire, VOSTF.

En présence du réalisateur Thomas Grand

La région de Casamance, au sud du Sénégal, est une des dernières zones refuges
en Afrique de l’Ouest pour un nombre croissant de pêcheurs artisans, de transformateurs et de travailleurs migrants. Face à une concurrence extérieure de plus en plus forte, ces femmes et ces hommes résistent en contribuant grâce à leur labeur à la sécurité alimentaire de nombreux pays africains. Mais pour combien de temps encore ?

Tarif : 4,20 € – tarif abonnés : 4,00 €

◊ Vendredi 3 décembre – cinéma La Pléiade  Cachan

  • 20h30 : UNE HISTOIRE D’AMOUR ET DE DÉSIR, de Leila Bouzid, Tunisie, 2021, 102 mn, VOSTF

Ahmed, Français de18 ans, issu d’une famille algérienne vivant en banlieue, et Farah, une jeune Tunisienne, fraîchement débarquée à Paris, se retrouvent côte à côte sur les bancs de l’université pour un cours consacré à la littérature érotique arabe. C’est sur fond d’une poésie trop longtemps oubliée que tous deux, lui, le garçon timide et craintif, elle, la jeune fille débordante d’énergie, vont être pris dans les flux et reflux du désir amoureux.

Tarifs : 6,5 € (Tarif Plein) / 5€ (Tarif Réduit : +60 ans ; Personnes à mobilité réduite et accompagnateurs ; Demandeurs d’emploi, familles nombreuses ; de 14 à 18 ans ; étudiants -27 ans) / 4 € (Tarif Réduit : pour – 14 ans)

◊ Samedi 4 décembre  – cinéma La Pléiade  Cachan

Deux séances consacrées aux courts métrages en compétition pour le Prix du public

Soirée  présentée et animée par Michel Amarger  (réalisateur,  journaliste spécialiste des cinémas d’Afrique)

17h30 – Première séance :

  • DA YIE (Bonne nuit), de Anthony NTI, Ghana/Belgique, 2019, 21 min, fiction, VOSTF.

Au Ghana, un étranger est chargé par son gang de recruter des enfants pour une mission dangereuse qui doit avoir lieu le soir même. Après avoir déniché Prince et Matilda, deux gamins adorables, il projette de les livrer au gang. Mais après une journée passée avec eux, il est envahi par le doute.

  • AL-SIT, de Suzannah Mirghani, 2020, Soudan, 20 mn.

Dans un village du Soudan, Nafisa, une jeune fille de quinze ans, est amoureuse de Babiker. Mais ses parents ont arrangé son mariage avec Nadir, un homme d’affaires soudanais qui vit à l’étranger. Sa grand-mère, la puissante matriarche Al-Sit, en a décidé autrement. Mais Nafisa a-t-elle son mot à dire ?

  • VOSSIE VERGAS HOMSELF (Le suicide de Vossie), de Philip Nolte, 2017, Afrique du Sud, 23 min, fiction, VOSTF.

Vossie a décidé que ce jour serait pour lui le dernier sur cette terre, mais son plan est interrompu par une visite inattendue.

  • I HAD TO BURY CUCU (J’ai dû enterrer Mamie), de Philippa NDISI- HERRMANN, Kenya, 2018, 14 min, fiction, VOSTF.

Geoffrey et son frère Kimanthi doivent se rendre dans un village de campagne pour les funérailles de leur grand-mère Cucu. Les réticences des deux garçons, surtout du plus jeune, échappent à leurs parents qui ne cherchent pas à comprendre leur refus ni leur silence.

20h30 – Deuxième séance :

  • QU’IMPORTE SI LES BÊTES MEURENT, de Sofia Alaoui, Maroc, 2019, 23 mn, fiction, couleur, VO berbère STF.

Dans les hautes montagnes de l’Atlas, Abdellah, un jeune berger et son père, sont bloqués par la neige dans leur bergerie. Leurs bêtes dépérissant, Abdellah doit s’approvisionner en nourriture dans un village commerçant à plus d’un jour de marche. Avec son mulet, il arrive au village et découvre que celui-ci est déserté à cause d’un curieux événement qui a bouleversé tous les croyants.

  • TUK TUK, de Mohamed Kheidr, Egypte, 2021, fiction, couleur.

Abandonnée par son mari, Walaa doit conduire un tuk-tuk, dans un environnement dominé par les hommes.

En Égypte, plus de 30000 femmes sont liées par des dettes. Ridiculisée, harcelée et rejetée alors qu’elle croule sous les dettes, elle va devoir se battre pour survivre.

  • LES TISSUS BLANCS, de Moly Kane, Sénégal, 2018, 20 mn, fiction, couleur, VO wolof STF.

Demain, Zuzana se marie. Dorénavant, chaque minute compte pour effacer son passé et devenir la femme qu’on attend d’elle.

  • MACHINI (Des machines), de Frank MUKUNDAY et TETSHIM, RD Congo/Belgique, 2019, 10 min, fiction/animation.

Par la force des choses et surtout des machines, nous sommes devenus des êtres somnambules, des damnés de la terre, des cobayes de l’histoire et de la machine.

Tarifs : 6,5 € (Tarif Plein) payé une seule fois pour accéder aux deux séances – Même tarif si présence à une seule séance 5€ (Tarif Réduit : +60 ans ; Personnes à mobilité réduite et accompagnateurs ; Demandeurs d’emploi, familles nombreuses ; de 14 à 18 ans ; étudiants -27 ans) / 4 € (Tarif Réduit : pour – 14 ans)

◊  Dimanche 5 décembre – cinéma La Pléiade Cachan

  • 16h00 : Proclamation des résultats du Prix du public pour les courts métrages et du Prix du jury pour les longs métrages

Remise des prix

  • ADAM, de Maryam Touzani, Maroc, 2019, 98 min, fiction, VO arabe STF.

Présentation et débats assurés par Catherine Ruelle (journaliste, critique de cinéma, spécialiste des cinémas d’Afrique)

Casablanca : Samia, une jeune fille enceinte solitaire, est recueillie par Alba, une jeune veuve qui tient une petite boulangerie. De cette rencontre d’abord heurtée – Alba se mure dans sa solitude et l’éducation de sa fille – naît peu à peu une connivence féminine qui affronte et dénonce l’opprobre social dont sont victimes les femmes dans leur situation.

Tarifs : 5€ (Tarif Unique) + 4 € (Tarif Réduit : pour – 14 ans)

◊ Séances scolaires

Classes de CM2 : 2 courts-métrages

LE DÉPART, de Saïd Hamich Benlarbi, Maroc/France/RDC, 2016, 20 mn.

DAALI-O, LE JOUR OU LA NATURE PARLA, Sénégal, 2020, 7mn.

◊ Autour du festival

Mercredi 17 novembre – Médiathèque de Gentilly – 15h

LAMB, de Yared Zeleke, 94 min, Éthiopie, 2014, fiction, VO STF – DCP.

Ephraim, un garçon de neuf ans, et sa brebis Chuni sont inséparables. Après la mort de sa mère, Son père l’envoie, accompagné de sa brebis, chez des parents éloignés. Quand son oncle lui ordonne d’abattre sa brebis pour la fête à venir, il élabore un stratagème pour sauver Chuni et retourner chez lui.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Chaque projection sera suivie d’un débat animé par un spécialiste des cinémas africains et/ou du réalisateur ou d’un membre de l’équipe de tournage.

Les salles de cinéma

  • Cinéma La Pléiade – 12 avenue Cousin de Méricourt 94230 Cachan -Tél. 01 46 65 06 98
  • Cinéma La Tournelle – 14 rue Dispan 94240 L’Haÿ les Roses -Tél. 01 49 08 50 71
  • Cinéma Le Select – 10 Avenue de la Division Leclerc, 92160 Antony – Tél.  01 40 96 64 64
  • Espace Municipal Jean Vilar – 1 rue Paul Signac 94110 Arcueil -Tél. 01 41 24 25 50
  • Maison Pour Tous Gérard Philipe – 118 rue Youri Gagarine 94800 Villejuif -Tél. 01 46 86 08 05

Communiqué —

Bande annonce du festival


L’article LA 14° ÉDITION DE «CINÉ REGARDS AFRICAINS» SE TIENDRA DU VENDREDI 26 NOVEMBRE AU DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021 est apparu en premier sur .